You are currently viewing La fois où on a trouvé du poison à rat dans des bars à salade

La fois où on a trouvé du poison à rat dans des bars à salade

Dans cet épisode, je vous raconte la fois où on a trouvé du poison à rat dans des bars à salade de la chaîne de restaurants Sizzler. Bonne écoute!

écouter l'épisode

Utilisez le lecteur suivant

Vous pouvez également cliquer sur l’un des boutons ci-dessous pour écouter l’épisode sur la plateforme de votre choix!

Bouton Apple Podcasts

Description de l’épisode

Le 20 janvier 2006, on découvre une substance verte nébuleuse dans un bar à salade d’un restaurant Sizzler en Australie. Les dirigeants n’avisent pas les autorités craignant les impacts financiers et les conséquences sur les 1 600 employés des 28 succursales australiennes de la chaîne de restauration. Ils décident plutôt de faire analyser des échantillons par un laboratoire externe afin d’identifier ladite substance.

Un mois plus tard, soit le 25 février, la police fut appelée à se rendre dans une autre succursale Sizzler, car on avait signalé la présence de particules vertes dans la soupe et la sauce à salade. Les clients et les employés du restaurant qui avaient mangé la soupe signalèrent une sensation de brûlure dans leur bouche et leur gorge. Et pour cause, car on confirmera que les particules vertes retrouvées dans les aliments étaient ni plus ni moins que de la mort-aux-rats, un poison utilisé pour tuer les rongeurs.

Sizzler avise la santé publique

Ce n’est que le lendemain, soit 37 jours après les premiers événements, que les dirigeants de Sizzler se décidèrent à aviser la santé publique. Bo Ryan, le directeur de la chaîne de restaurants Sizzler de l’époque, admit que l’entreprise aurait dû informer les autorités plus tôt qu’elle ne l’avait fait, ce qui aurait permis d’analyser les échantillons beaucoup plus rapidement.

L’histoire va évidemment faire les manchettes des principaux médias australiens, ce qui aura un impact négatif sur l’entreprise. Ryan annoncera qu’aucun emploi ne sera perdu dans l’immédiat malgré les circonstances, mais que les heures de travail du personnel pourraient être réduites. Il annonça également la fermeture de tous les bars à salades de la chaîne en Australie jusqu’à nouvel ordre. Les succursales vont demeurer ouvertes, mais avec une offre limitée et un menu grillé uniquement.

Le gouvernement australien va quant à lui mettre en place une ligne téléphonique d’information 1-800 pour les demandes de renseignements du public. On va également conseiller aux personnes ayant mangé dans les restaurants impliqués au cours des dernières semaines de consulter leur médecin.

Un suspect arrêté

Les enquêteurs vont rapidement identifier un suspect. Une femme du nom de Jacqueline Elizabeth Forbes sera arrêtée le premier mars de la même année. Des membres du personnel ainsi que des caméras de surveillances vont confirmer sa présence sur les lieux lors des deux événements.

Les policiers trouvèrent chez l’accusée des vêtements correspondant à ceux des images captées par les caméras de surveillance, un sac en plastique contenant de petites particules vertes et des reçus pour des achats aux restaurants Sizzler, dont un daté du 25 février 2006.

Les bars à salade de Sezzler restent fermés

Malgré l’arrestation de Forbes, les bars à salades des 28 restaurants australiens vont demeurer fermés pendant quelques jours, le temps que l’entreprise installe des équipements de sécurité additionnels, notamment de nouvelles caméras de surveillance. Les employés devront être plus vigilants et les directeurs de succursales devront effectuer des tests de goût et des contrôles aléatoires.

La fermeture des bars à salades et les mesures de sécurité mises en place ont couté des millions de dollars à l’entreprise. Ryan déclara à l’époque qu’il s’agissait d’une somme d’argent considérable, soit des centaines de milliers de dollars en pertes quotidiennement, car les bars à salade représentaient jusqu’à 60% des revenus de Sizzler.

Le gouvernement australien va profiter de cette crise pour modifier sa législation. On adoptera une loi exigeant des restaurants qu’ils signalent un incident de contamination présumé dans les 24 heures sous peine de se voir infliger une amende de 15 000 dollars.

L’accusée jugée non criminellement responsable

Forbes a fait face à plusieurs chefs d’accusation en lien avec cette affaire, mais elle n’a pas été jugée criminellement responsable en raison de son état mental. Elle a nié toutes les accusations et a affirmé qu’elle faisait partie des victimes qui avaient été empoisonnées chez Sizzler.

Selon elle, les accusations à son endroit représentaient une preuve que la police était corrompue. Elle estimait que les policiers pouvaient avoir un certain ressentiment à son égard parce que, pendant l’interrogatoire de police, elle avait fait des commentaires sur les « flics véreux ».

Des antécédents psychiatriques 

On apprendra que Forbes avait des antécédents psychiatriques lors du procès. Au début des années 2000, elle a été admise à l’hôpital Gold Coast pendant trois jours pour délire. On a diagnostiqué qu’elle souffrait d’un trouble psychotique, mais elle a été libérée après avoir refusé un traitement de suivi.

Elle a ensuite été admise au Royal Brisbane Women’s Hospital en juin 2004 pour une période d’un mois. Le psychiatre traitant de Forbes à l’époque a mentionné qu’elle était préoccupée par le fait d’être exposé à des poisons contaminants. Il a également été démontré qu’elle souffrait de schizophrénie chronique, caractérisé par des délires bizarres et des hallucinations olfactives liées à des personnes essayant de l’empoisonner.

Le tribunal australien a finalement ordonné que Forbes soit détenue en tant que patiente médico-légale d’un centre de santé mentale pour un traitement involontaire. Quelques mois plus tard, elle échappa à l’attention du personnel et s’enfuit de l’aile psychiatrique de l’établissement où elle était incarcérée.

Sizzler cesse ses activités en Australie

En octobre 2020, Collins Food, la société qui exploitait la marque Sizzler en Australie, annonça la fermeture de ses neuf derniers établissements en raison de l’impact de la COVID-19. Environ 600 employés se sont vu proposer des indemnités de licenciement et Collins Foods indiqua qu’elle chercherait à redéployer le personnel dans ses établissements PFK et Taco Bell.

Sources

Liens importants

Cliquez ici pour découvrir un très bon conférencier
Cliquez ici pour découvrir un très bon livre
Cliquez ici pour découvrir un très bon blogue

Cliquez ici pour en savoir plus sur InfoBref

Cliquez ici
 pour me suivre sur Facebook

Cliquez ici pour me suivre sur Twitter
Cliquez ici pour me suivre sur LinkedIn 

Pour vous abonnez à mon podcast :

Apple Podcasts : Cliquez ici et ensuite sur le bouton « S’abonner »
Spotify Cliquez ici et ensuite sur le bouton « Suivre »
Google Podcasts : Cliquez ici et ensuite sur le bouton « S’abonner »