You are currently viewing L’histoire de Sam Walton, fondateur de l’entreprise Walmart

L’histoire de Sam Walton, fondateur de l’entreprise Walmart

Dans cet épisode, je vous raconte l’histoire de Sam Walton, le fondateur de l’entreprise Walmart. Bonne écoute!

écouter l'épisode

Utilisez le lecteur suivant

Vous pouvez également cliquer sur l’un des boutons ci-dessous pour écouter l’épisode sur la plateforme de votre choix!

Bouton Apple Podcasts

Description de l’épisode

Sam Walton est né en 1918 à Kingfisher, une petite ville américaine de 5 000 habitants située dans l’Oklahoma. Peu de temps après sa naissance, ses parents vont déménager dans le Missouri où il sera élevé dans des conditions difficiles. Son père travaille comme un forcené pour nourrir sa famille et s’attend à ce que son fil contribue à l’effort familial.

Sam Walton n’était pas un élève particulièrement brillant. Il devait redoubler d’efforts pour obtenir des notes décentes. Il était cependant doué pour le sport, notamment pour le football et le basketball. Après le lycée, il part étudier l’économie à l’université du Missouri où il prend conscience de l’importance d’être populaire. Il devient rapidement l’étudiant le plus connu du campus. Comment? En parlant aux gens avant qu’ils l’abordent. 

Sam Walton joint les rangs de l’armée américaine

Sam Walton obtient son diplôme universitaire en 1940 et décroche un poste chez JCPenney dans l’Iowa, un emploi qu’il conservera pendant dix-huit mois, soit jusqu’à ce que le pays entre en guerre et le force à rentrer dans le Missouri en attendant sa mobilisation. Il occupera finalement le poste de capitaine dans les renseignements de l’armée de 1942 à 1945. Cette position lui permettra de rester aux États-Unis, contrairement à la plupart des hommes qui doivent partir au front.

Il obtient sa démobilisation de l’armée en 1945 et ouvre son premier magasin à Newport, dans l’Arkansas. Il s’agit d’une franchise Ben Franklin, un commerce où l’ensemble des produits sont vendus entre cinq et dix cents. Les affaires vont relativement bien, mais en 1950, le propriétaire du local qu’il loue ne renouvelle pas son bail commercial.

Un changement d’air bénéfique pour Sam Walton

Sam Walton décide alors de déménager son magasin à Bentonville, une ville de l’Arkansas qu’il juge agréable, avec un bon potentiel de croissance. Il ouvre rapidement d’autres établissements et devient le plus gros franchisé Ben Franklin dès 1960 avec douze magasins. Walton accorde une grande importance à ses employés qui le voient comme un très bon patron.

A cette époque, le modèle d’affaires des grands magasins consiste en un responsable entouré de vendeurs qui servent les clients individuellement. On voit cependant deux nouvelles tendances apparaître dans l’Est des États-Unis, soit les magasins où les clients se servent eux-mêmes ainsi que les magasins à rabais qui offrent un large inventaire de produits à bas prix.

Sam Walton voyage dans tout le pays pour en apprendre davantage et ouvre le premier magasin libre-service dans sa région sous l’enseigne Ben Franklin. Ceci ne remet en rien la qualité du service offert aux clients, car même encore aujourd’hui, Walmart enseigne la règle des dix pas à ses employés. Ces derniers doivent ainsi demander systématiquement « Comment puis-je vous aider? » à toutes personnes qui s’approchent à moins de dix pas d’eux.

La naissance de Walmart

La notion de magasins à rabais intéresse également Walton. Ce concept émergent est présent dans les zones urbaines et développées dans l’Est du pays. Toutefois, les grands détaillants ne s’intéressent pas aux petites villes rurales. Walton est convaincu que c’est une erreur et que s’il parvient à offrir des prix suffisamment bas, les gens trouveront le moyen de venir jusqu’à lui.

Walton se rend alors au siège social de la société Ben Franklin, à Chicago, pour tenter de les convaincre d’adopter le concept de magasin à rabais, mais sans succès. Peu importe! Il est convaincu qu’il a raison et décide d’ouvrir un premier Walmart à Rogers, dans l’Arkansas, en 1962 alors qu’il est âgé de 44 ans.

Son entreprise poursuit sa croissance dans l’Arkansas et les États voisins au cours de la décennie suivante. Walton priorise les relations humaines. Il connaît chacun de ses responsables de magasins et préfère de loin arpenter les rayons des points de vente plutôt que de rester enfermé dans son bureau.

L’ascension de Walmart

En 1969, Walton gère déjà 34 magasins, soit 18 Walmart et 14 franchises Ben Franklin. Son entreprise fait son entrée en bourse en 1971, ce qui lui permet d’investir davantage dans la croissance de l’entreprise Walmart. Six ans plus tard, il est propriétaire de 190 magasins. En 1985, il possède pas moins de 800 points de vente et devient l’homme le plus riche des États-Unis.

En 1991, l’entreprise dépasse en taille son concurrent Sears et ouvre un premier Walmart au Mexique. Il faudra attendre 1994 avant de voir apparaître un premier Walmart au Canada, soit après l’acquisition de 120 des 142 magasins Woolco exploités par Woolworth. 

Dans un article de La Presse publié en 1994, on raconte que « …au Québec, 20 adresses sur 23 sont retenues. Dans les trois qui sont écartées – Beauport, Lévis et Valleyfield -, les employés sont syndiqués. Si le sort des travailleurs ne fait pas les manchettes, il en va autrement des craintes des détaillants et de leurs actionnaires. […] En trois jours, les actions de La Baie ont reculé de 18%, celles de Canadian Tire, de 13%, celles de Sears Canada, de 6%. » 

Au final, on estime que l’arrivée de Walmart au Canada n’a pas été aussi catastrophique qu’anticipé. Ceci aurait même forcé certains grands détaillants, comme Canadian Tire, à innover et à se restructurer afin de demeurer compétitif.

Aujourd’hui, Walmart compte plus de 11 000 points de vente à travers le monde pour un chiffre d’affaires de plus de 500 milliards de dollars. L’entreprise emploie pas moins de 2,3 millions de salariés dans une vingtaine de pays. Le Québec compte quant à lui 71 magasins, lesquels emploient quelque 15 000 personnes.

Les 10 règles d’or de Walmart

On ne peut pas rester indifférents face à l’empire construit par Sam Walton. Cet homme a réussi ou bien des gens ont échoué. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce succès commercial, à commencer par les 10 règles d’or de Sam Walton, soit :

  1. Soyez impliqué dans votre activité.
  2. Partagez vos bénéfices avec vos équipes.
  3. Motivez vos employés à donner le meilleur d’eux-mêmes.
  4. Communiquez.
  5. Appréciez ceux qui vous aident.
  6. Fêtez les succès.
  7. Écoutez ceux qui vous parlent, surtout si sont vos clients.
  8. Faites plus encore que ce que l’on attend de vous.
  9. Contrôlez davantage vos dépenses que votre concurrence.
  10. Allez à contre-courant.

Sam Walton le visionnaire

On doit reconnaître le côté visionnaire de Sam Walton. Il a par exemple exploité des emplacements ignorés par ses concurrents, a été l’un des premiers à se doter d’un système informatique et a rapidement compris les règles du marchandisage. En ce sens, il n’hésite pas à positionner les plats préparés à côté des couches après avoir réalisé que les parents de jeunes enfants n’avaient pas nécessairement le temps de cuisiner des repas.

De plus, il est resté simple tout au long de sa vie et exigea la même chose de la part de ses équipes, incluants les employés qui se trouvaient en haut de l’organigramme. Ces derniers devaient avoir des bureaux sobres et dépouillés de luxe. Même s’il pesait des milliards de dollars, Sam Walton conduisait toujours sa vieille camionnette connue pour l’odeur laissée par ses chiens. Il est décédé en 1992 d’un cancer du sang, à l’âge de soixante-quatorze ans.

Walmart et la controverse

Trente ans après sa mort, l’entreprise Walmart est toujours bien en selle. Elle est cependant l’une des entreprises les plus controversées au monde. On lui reproche notamment son empreinte écologique, la destruction de l’économie de petites villes et bien évidemment, sa gestion des ressources humaines.

Consciente de son problème d’image, l’entreprise s’est développée à l’étranger sous d’autres noms, comme Asda au Royaume-Uni. Acquis en 1999, les 250 magasins de la bannière devaient permettre à Walmart de conquérir le continent européen. Les choses ne se sont toutefois pas déroulées comme prévu initialement.

Walmart s’est souvent heurté à l’autorité de la concurrence qui a freiné son expansion. Par exemple, en 2004, sa tentative de prise de contrôle du concurrent Safeway, qui l’aurait propulsé dans le sud de l’Angleterre, a été bloquée. Walmart a fait une autre offensive en 2019 en tentant une fusion entre Asda et la chaîne Sainsbury’s. La transaction fut encore une fois bloquée, ce qui poussa le géant américain à vendre Asda en 2020.

Un code de conduite qui soulève la grogne

Walmart a également connu des déboires en Allemagne. Débarqué en 1998, Walmart a quitté le pays moins de dix ans plus tard sans avoir réussi à dépasser les 2% de parts de marché. L’entreprise a notamment été très critiquée pour son code de conduite de 28 pages qui imposait entre autres un test antidrogue à l’embauche et interdisait les relations amoureuses avec ses subordonnés.

Vous ne pouvez sortir ou entretenir une relation amoureuse avec un(e) collègue si vous êtes à même de décider des conditions de travail de cette personne ou si cette personne est à même de décider de vos conditions de travail. 

Walmart alla jusqu’à mettre en place une ligne téléphonique interne pour permettre à ses salariés de dénoncer leurs collègues qui ne respectaient pas le code de conduite. Comme le mentionne la chaîne de télévision française BFM TV dans un article, à tous ces obstacles il faut ajouter des erreurs coûteuses de ses dirigeants.

L’exemple des taies d’oreillers

Saviez-vous que les oreillers ont aux États-Unis une taille standard différente de celle en Allemagne ? », expliquait en 2006 le patron de Walmart de l’époque, David Wild. « Maintenant, nous le savons, car nous sommes restés assis sur des milliers de taies d’oreillers américaines dans lesquelles les oreillers allemands n’entraient pas. 

Bref, qu’on aime ou non Walmart, nous devons reconnaître le génie de son fondateur, Sam Walton. Ce visionnaire a révolutionné le commerce de détail en innovant constamment et en étant à l’écoute de ses clients.

Sources 

Liens importants

Cliquez ici pour découvrir un très bon conférencier
Cliquez ici pour découvrir un très bon livre
Cliquez ici pour découvrir un très bon blogue

Cliquez ici pour en savoir plus sur InfoBref

Cliquez ici
 pour me suivre sur Facebook

Cliquez ici pour me suivre sur Twitter
Cliquez ici pour me suivre sur LinkedIn 

Pour vous abonnez à mon podcast :

Apple Podcasts : Cliquez ici et ensuite sur le bouton « S’abonner »
Spotify Cliquez ici et ensuite sur le bouton « Suivre »
Google Podcasts : Cliquez ici et ensuite sur le bouton « S’abonner »